26/07/2013

Avec les femmes - n°12

Peintures : Marie Morel - Poèmes : Denys-Louis Colaux

Marie prison seule.JPG

Avec les femmes
 
Oh non pensez
pour n’en blesser aucune
j’écartais mon bateau mon avion
du chemin des sirènes
 
Pour n’en effaroucher aucune
j’éternuais à peine
je ne respirais pas
 
Au passage clouté
à l’arrêt      vigilant
tandis qu’elles foulaient
les clous de la chaussée
je me laissais halluciner
aux danses de leurs silhouettes
 
Dans la prison
où je les visitais
amoureux je leur apportais
des oranges des limes
et des fleurs d’orchidées
 
J’assistais à leurs noces
en songeant à des meurtres
à des strangulations
et je portais un nom de dieu de toast
à la chanson désespérée
de mes amours déçues
 
A leurs obsèques j’étais là
un mouchoir dans la dextre
dans la senestre six absinthes
et ma pauvre âme
dans un bassin de sang versé
mourait noyée
à chaque fois
 
Oh non pensez
hormis les fraises
et
quelques cœurs bienveillants
je n’ai jamais rien écrasé

Les commentaires sont fermés.