12/11/2015

Tentations Hottentotes

TENTATIONS HOTTENTOTES

Photographies : Philippe Bousseau

Poèmes : Denys-Louis Colaux

a 1 a.JPG
Vous serez là 

 

Vous serez là

penchée un peu

envoilée de peu

les fleurs auront séché

les mots flétris

feront sur la page

le dessin creux d’insectes morts

 

Il y aura pourtant

encore

le fruit rouge de votre bouche

sa pivoine ardente

et le lait chaud de ses paroles

 

Votre visage

posera la délicate durée d’un instant

devant le masque désobligeant

de l’éternité 

a 2 a.jpg

Beauté

 

Quelque chose

n’épuise pas votre nudité

la longue algue brune de votre nudité

la laisse de vers de votre nudité

le fleuve de marbre de votre nudité

 

Quelque chose

qui vient du temps lointain

où la glaise épatée

entre deux mains

prenait forme

et sens

 

Quelque chose

qui durera bien après

le séisme de votre anéantissement

bien après que ma poèsie

aura cessé

de rendre un parfum

 

Quelque chose

qui tend un fil

- le dernier qui se rompra –

entre la douve chaude de l’origine

et le rêve moelleux

-inconséquent sans doute-

d’un avenir

a 3 a.jpg

Recueillie, Kalinda

 

Je restais pris

au silence de ce violoncelle

tout entier resserré

sur la bogue

de sa forme parfaite

 

journée solaire

derrière la calme paupière

de la fenêtre close

a 4 a.jpg

Frisson Noir

 

Elle s’était, ce jour-là,

accoudée

à l’épaule d’un ange,

bien que les anges,

chez moi, à la ville et dans le monde,

aient cesser d’exister

 

A travers elle

je trouvais dans la nostalgie d’eux

la sensuelle étoffe

d’une lumière opaque

 

et j’attendais, ma fille,

de vos yeux,

de vos seins,

de vos bras

qu’ils devinssent la hampe

en haut de quoi

flotterait mon frisson noir

a 5 a.JPG

Afrodite

 

Kalinda, belle enfant,

c’est un bonheur, je le présume,

d’être ainsi Kalinda, le matin, à l’aube

quand, ouvrant la fenêtre,

vous proposez à la face du monde

ce sublime visage d’ébène

formé dans la glaise,

dans le sang de la nuit, 

dans le frai ocre des oiseaux

dans la paume même des dieux

pour donner à nos yeux

l’insaisissable mesure de la beauté

qui va

avec la mer

avec les merveilleux nuages